Home
Du 5 au 30 mars au Nectar à Tarbes

De son vrai nom Dolores Martinez, Domaco raconte volontiers sa rencontre avec la peinture ; celle-ci s’est faite à travers l’apprentissage de la broderie. Une petite boutique près de mon lieu de travail, dit-elle. Ce qui m’intéressait : tous ces fils, toutes ces couleurs que je mélangeais avec mon aiguille sur le tissu. C’était il y a quinze ans. Aujourd’hui, la broderie s’est peu à peu effacée ; le tissu est resté ainsi que la couleur. Le tissu peut-être tendu sur un châssis : c’est la toile, terrain de jeu traditionnel des peintres, mais il peut aussi rester libre, flottant, comme au temps du fil et de l’aiguille. C’est alors un simple chiffon de lin qui s’imbibe peu à peu de couleur, se charge de figures.
C’est en 2001, dans le 2e arrondissement de Paris, à la galerie Martine Moisan, que Domaco présente pour la première fois son travail en solo : un verre, une plante, un modeste étui à lunette où les points de broderie se mêlent encore aux touches d’acrylique ; en tout une trentaine d’œuvres empreintes de chaleur humaine.

Après deux autres expositions personnelles, l’une montrant comme à la loupe d’autres objets familiers, l’autre constituant un hommage aux émouvants « portraits du Fayoum », peints dans les premiers siècles de notre ère en Égypte, Domaco cherche d’autres chemins. Ce qui la guide, c’est son instinct, ses désirs. Elle dit vouloir respecter ses envies, ne pas intellectualiser son travail et privilégier sa spontanéité. Collages, couleur pure, photos découpées, remontées puis peintes, ses travaux cessent de montrer de manière trop directe mais restent figuratifs. Le temps d’un exercice, ressurgissent parfois un visage, un objet, un paysage ; ils s’effacent aussitôt sans pour autant disparaître, gommés par la vitesse d’exécution. On ne voit pas les choses, on les aperçoit en passant.

Depuis quatre ans, Domaco vit et peint à Tarbes.

-Du mardi au vendredi de 9h à 19h
-Le samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h30

Le Nectar
19 place Marcadieu, Tarbes